Touchées mais pas coulées, les cryptomonnaies devenues incontournables

Analyse Général

Publié: 2/2/2018 3:50:00 AM
Analyse Générale


Le président de la plateforme d'échanges électroniques Coincheck Koichiro Wada s'incline en signe d'excuse après un casse virtuel massif à Tokyo, le 26 janvier 2018 (Photo -. JIJI PRESS)

De New Delhi à Moscou, le bitcoin inquiète. De MtGox à Coincheck, des millions se volatilisent et les clients crient à l'arnaque. Pourtant de l'avis des experts, les cryptomonnaies sont là pour rester.

Il y a tout juste une semaine, la plateforme d'échanges électroniques tokyoïte Coincheck révélait avoir été victime du plus grand casse de l'histoire des monnaies virtuelles: en une nuit, des pirates informatiques volaient des avoirs en NEM équivalant à 58 milliards de yens (430 millions d'euros).

Les cours de ces devises chutaient aussitôt. De quoi stopper la fièvre qui s'est emparé l'an dernier du Japon?

Bien au contraire, assure-t-on chez bitFlyer, aujourd'hui la principale plateforme de négoce du bitcoin dans l'archipel. "Bien sûr cela nuit à notre réputation, mais en même temps de nombreuses personnes nous ont depuis fait part de leur intérêt et le nombre de nouvelles inscriptions a augmenté", affirme Midori Kanemitsu, directrice financière de la compagnie.

"Les cryptomonnaies semblent inoxydables", confirme Stephen Innes, responsable des transactions Asie-Pacifique chez Oanda, société de services financiers spécialisée dans le marché des changes. "Elles ont dégringolé de nombreuses fois, mais ont toujours été capables de renaître de leurs cendres. Si le vol de 500 millions de dollars n'entame pas la confiance des investisseurs, que faut-il donc de plus?"

- Entre innovation et régulation -

Partout dans le monde, les discours alarmistes se multiplient.

Mardi, le réseau social américain Facebook (NASDAQ:FB) a annoncé l'interdiction de toute publicité relative aux cryptomonnaies afin de parer les tentatives d'escroquerie.

A Davos, le ministre britannique des Finances Philip Hammond a appelé à réguler le bitcoin, un sujet qui sera au menu du sommet G20 Finances prévu à Buenos Aires en mars, où Paris et Berlin comptent présenter des propositions communes.

La Corée du Sud et la Chine ont d'ores et déjà durci le ton, la Russie vient de présenter un projet de loi et l'Inde envisage une interdiction.

Le Japon a fait figure de précurseur en encadrant, dès avril 2017, l'usage des cryptomonnaies, dans le but de prévenir les incidents et de protéger les intérêts des utilisateurs après le spectaculaire dépôt de bilan, en 2014, de la société d'échanges de bitcoins MtGox.

Las, cette loi n'a pas empêché l'affaire Coincheck, elle a même donné aux entreprises et investisseurs un faux sentiment de sécurité, suscitant une frénésie dans le pays. "Nous devons renforcer notre supervision", a admis cette semaine le ministre des Finances Taro Aso.

Toute la difficulté, c'est de réguler sans bloquer l'innovation que représente la technologie qui est derrière, à savoir la "blockchain", explique l'avocat Ken Kawai, spécialiste du sujet, qui s'exprimait jeudi au club des correspondants étrangers du Japon.

Contrairement au dollar ou à l'euro, le bitcoin n'est pas émis par des banques centrales mais "miné", ou créé, de manière décentralisée par des ordinateurs utilisant des algorithmes complexes pour produire une chaîne de blocs de transactions codés et authentifiés, technologie dite "blockchain".

- 2018, un tournant? -

Après le piratage de Coincheck, qui a mis en lumière d'importantes failles de sécurité, d'aucuns appellent à un contrôle plus strict des plateformes de transactions, à l'image de ce qui se fait dans le secteur bancaire.

La société, où les autorités japonaises ont mené vendredi une perquisition, a semble-t-il négligé de prendre les mesures de précaution nécessaires. "Il y a une certaine paresse des ingénieurs" alors que "cela demande des efforts de construire un système" inviolable, commente Hikaru Kusaka, co-fondateur de Blockhive, un développeur de blockchain, et ancien conseiller du gouvernement.

De telles mésaventures "risquent d'arriver encore, et encore et encore", avertit-il.

Mais rien n'arrêtera la technologie blockchain. "L'an dernier, on a assisté à beaucoup de spéculation, mais actuellement des projets intéressants voient le jour", assure M. Kawai qui espère voir un tournant en 2018 avec la disparition de certaines cryptomonnaies et l'apparition d'autres, plus stables.

Le courtier d'Oanda livre un pronostic similaire même s'il faut s'attendre à d'autres dégringolades.

Le bitcoin, qui se négociait vendredi en-dessous de 9.000 dollars après avoir frôlé en décembre les 20.000 dollars, devrait finir par trouver "son juste équilibre, dans une fourchette de 10 à 15.000 dollars". "Et à mesure que des acteurs traditionnels entreront dans l'arène, la volatilité va diminuer", estime-t-il.

Nous vous encourageons à utiliser les commentaires pour engager le dialogue avec les autres utilisateurs, partager votre point de vue et poser des questions aux auteurs et utilisateurs. Toutefois, afin de maintenir un niveau de dialogue de qualité, veuillez garder à l'esprit les éléments suivants:

Restez concentré et évitez les hors-sujets. Ne postez que du contenu lié au sujet abordé.

Soyez respectueux. Même les opinions négatives peuvent être appréhendées positivement et avec diplomatie. 

Utilisez un style d’écriture standard. Soignez la ponctuation et utilisez les majuscules et minuscules.

REMARQUE: Le spam et/ou les messages promotionnels et les liens insérés dans un commentaire seront retirés.

Évitez les insultes, la calomnie ou les attaques personnelles dirigées contre un auteur ou un autre utilisateur.

Seuls les commentaires en français sont autorisés.

Les auteurs de spam ou d'abus seront supprimés du site et interdits d'inscription à la discrétion de Investing.com.

J’ai lu les instructions d’Investing.com relatives aux commentaires et j’accepte les modalités qui y sont décrites. J'accepte

Merci pour votre commentaire. Nous vous informons que les commentaires soumis restent en attente jusqu’à ce qu’ils soient validés par nos modérateurs. C’est la raison pour laquelle leur publication sur notre site peut parfois prendre un certain temps.

Si vous continuez, vous et %USER_NAME% ne verrez plus vos publications Investing.com mutuelles.

Vous venez de débloquer cette personne et devrez attendre 48 heures avant de la bloquer de nouveau.

Responsabilité: Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data.

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Etrange mardi : de la baisse partout, de la sécurité nulle part ! Par Philippe Béchade  - 31/01/2018 1

EURUSD – Le réveil de la guerre des devises Par Gilles Leclerc  - 29/01/2018 1



Support: Général
Vues: 54 fois

0 Vote

A la recherche d'une stratégie de trading performante et vérifiée? Consultez nos stratégies de trading.

Les plus lus ces dernières 24h

Commentaires