Ce Néerlandais de 39 ans a vendu tout ce qu'il possédait pour des ...

Analyse Bitcoin

Publié: 10/12/2017 6:10:00 AM
Analyse Générale


Après la mort de son père, il vend son entreprise et passe neuf mois à parcourir le monde avec sa femme et leurs 3 filles.

Durant ses voyages, il a pu rencontrer des personnes qui utilisaient cette monnaie.

Il pense que la monnaie virtuelle et la technologie de bloc de celle-ci pourrait radicalement altérer le rôle de la monnaie courante et des banques dans notre société.

Taihuttu veut conserver ce style de vie minimaliste jusqu'à 2020, espérant que le bitcoin et la technologie blockchain seront irremplaçables et que sa richesse vaudra trois à quatre fois plus.

Didi Taihuttu croit grandement en l'avenir du bitcoin.

L'homme de 39 ans a mis sa maison en vente — une partie a été vendue en bitcoin — et vit maintenant avec sa famille dans un camping près de Venlo aux Pays-Bas. Toutes ses autres possessions ont été vendues également: moto, voiture, vélos électriques, vêtements, chaussures, et même les jouets de ses enfants.

Ainsi, Taihuttu a pu se procurer des bitcoins mais également d'autres crypto-monnaies, convaincu que cela le rendra plus riche.

"Les gens me diront 'vous êtes fou'," a t-il confié à Business Insider Nederland. "Mais c'est une aventure qu'on vit en famille, nous sommes en train de mettre notre mode de vie entre parenthèses au profit d'une vie plus minimaliste. Si vous ne prenez jamais de risques, la vie est ennuyante".

Taihuttu pense que les devises digitales comme le bitcoin et la technologie blockchain derrière pourraient changer le rôle de la monnaie et des banques dans notre société.

Avec le blockchain, il n'y a plus de tierce personne pour valider une transaction — un rôle souvent joué par les banques — et les ordinateurs enregistrent toute trace de ces transactions.

"Internet est une révolution pour l'information. Je pense que le blockchain et la crypto-monnaie sont en train de révolutionner notre système monétaire", a t-il déclaré à Business Insider. "Dans cinq ans, tout le monde dira: 'on n'a pas vu ce changement arriver'. Moi, je suis déjà en train de prendre part à ce changement".

Didi Taihuttu, sa femme et ses trois filles. Instagram/@yolofamilytravel

Un tour du monde de 9 mois

L'été dernier, Taihuttu et sa femme ont pris la décision radicale de vendre tout ce qu'ils avaient. Le couple revient tout juste de neuf mois à parcourir le monde, de l'Asie à  l'Australie, accompagné de leurs trois filles. Les Taihuttu ont pu visiter le site d'Angkor Wat au Cambodge, nager avec les dauphins à Brisbane et se prélasser sur la plage en Thaïlande.

Plus tôt dans l'année, le père de Didi Taihuttu est décédé d'un cancer à l'âge de 61 ans. Cela faisait un an que l'état de santé du footballeur professionnel était critique.

"C'était une période très difficile", a déclaré Taihuttu, qui a monté sa propre startup spécialisée dans les cours d'informatique à Venlo, 11 ans plus tôt. "J'ai vendu mon entreprise et j'ai décidé de partir faire le tour du monde avec ma famille".

Durant son voyage, Taihuttu a croisé des personnes qui utilisaient des monnaies virtuelles. À Bali, il a rencontré un trader Sud-africain qui a démissionné après 17 ans de carrière pour se lancer dans le crypto-trading. Plus tard, sur une plage près de Noosa à Queensland, il a parlé avec une personne de Dubaï qui effectuait des transactions en bitcoin.

Taihuttu a gardé le contact avec eux. Il communique via Skype, analyse le marché en ligne tous les jours et troque sa monnaie en fonction du cours des actions.

"Ce sont des gens qui ont beaucoup d'expérience en affaires. Moi, j'en manque justement."

Taihuttu dit être "dans les coins" depuis 2001, alors que la monnaie valait moins d'un euro.

"Je suis un entrepreneur. Alors, dès que j'ai entendu parler des bitcoins, je me suis dit: allons-y".

Un générateur de pièces virtuelles opéré par une douzaine d'ordinateurs

Assisté par l'un de ses amis, Taihuttu a mis en place une entreprise de frappe de bitcoin après avoir acheté une douzaine d'ordinateurs et de cartes vidéo. Quand leur valeur a augmenté de plusieurs centaines d'euros en 2013, il a décidé de vendre ses pièces. La totalité.

"Si j'avais su que 4 ans plus tard j'aurais pu multiplier par dix ce que j'avais, bien sûr, je n'aurais pas tout vendu", regrette-t-il. "Mais maintenant, je pense que j'ai un moyen de me faire de l'argent".

Il n'était pas trop tard; la valeur du bitcoin avait chuté et continuait de fluctuer. Mais ses factures d'électricité et de ses taxes d'habitation étaient devenues trop élevées.

Taihuttu a alors misé sur le Dogecoin, une plus petite monnaie qui venait tout juste d'émerger.

"J'en avais amassé pas mal, mais cette monnaie ne valait rien. Je devais en avoir pour à peu près 200 euros dans mon porte-monnaie, à l'époque".

Au final, Taihuttu a arrêté sa levée de fonds virtuels pendant 2 ans.

Une photo de famille sur la plage durant leur tour du monde. Instagram/@yolofamilytravel

Le Dogecoin, son sauveur

Pendant son tour du monde, le Néerlandais a reçu des nouvelles du cours de ses bitcoins d'un ami à lui:

"Vérifie tes pièces! Vérifie tes pièces!"

La devise avait grimpé en flèche, elle valait 10 à 20 fois plus qu'auparavant.

Au printemps dernier, la valeur du bitcoin a quant à elle dépassé les 3000 dollars, et les autres crypto-monnaies avec. Au boulot, à la maison, au supermarché: tout le monde autour de lui commençait à parler de cette nouvelle vague.

"Le Dogecoin m'a fait réalisé une fois de plus qu'il y a quelque chose qui est en train de changer dans le monde", explique Taihuttu.

Le fait qu'il ait continué à rencontrer de nombreux traders qui s'étaient tournés vers le bitcoin durant son tour du monde en famille a été un signe pour lui.

Il voit toutes ces rencontres comme un signe pour lui. "Je ne pense pas que ce soit une coïncidence. Je suis donc retourné là-dedans".

La vente de sa propriété

De retour chez lui, Taihuttu est revenu à la monnaie classique et s'est dit qu'il pouvait vendre sa maison pour 85 bitcoins. Pendant 8 mois, elle est restée invendue.

Les médias se sont beaucoup intéressés à cette affaire, et la maison a finalement intéressé un trader de crypto-monnaie.

"Il est venu chez moi avec sa femme et ils l'ont tous les deux trouvée à leur goût".

"Le prix demandé était de 300.000 euros, ce qui était raisonnable".

La partie de la somme qui sera payée en bitcoin est encore en cours de négociation avec l'acheteur.

"L'excédent ne sera probablement que partiellement payé en bitcoins, de sorte à ce que je n'aie pas de problème à rembourser mon hypothèque", précise Taihuttu.

Au final, les banques sont les plus gros obstacles dans la transaction de cette maison en bitcoins. Tout comme le notaire. Sans son intervention, une maison ne peut pas changer de propriétaire.

L'acheteur doit normalement verser le montant de l'achat sur un compte en fidéicommis mis en place par le notaire, puis procède à l'achat. Une fois le transfert de la propriété enregistré dans le registre foncier, le notaire reverse la somme sur le compte du vendeur.

Ces transactions doivent être effectuées en euro, car le notaire ne peut opérer des transferts de monnaies digitales. Un autre problème se pose: que faire si la valeur de la monnaie chute dans les jours qui suivent le versement de celle-ci sur le compte en fidéicommis?

"Le système tout entier n'est pas conçu pour [de telles transactions]. Je voudrais aider à changer cela", a affirmé Taihuttu. "Malheureusement, ce n'est pas ce que j'espérais. Aux Pays-Bas, nous n'en sommes pas encore arrivé au consensus où nous pouvons avoir confiance dans le blockchain. C'est donc au notaire d'agir".

Une style de vie minimaliste

Taihuttu et sa famille ont adopté un mode de vie bien différent de celui qu'ils avaient auparavant. Leur luxueuse maison de 200 mètres carrés, dotée de 4 chambres, a été troquée contre un chalet de camping. Ses filles, qui avaient leur propre chambre doivent maintenant partager le même espace.

La famille a également mis en vente d'autres objets personnels, dans le but d'amasser le plus de bitcoins possible.

Ils continueront ce mode de vie jusqu'en 2020. Taihuttu espère qu'alors le bitcoin et la blockchain feront partie intégrante de leur quotidien et que sa richesse vaudra trois à quatre fois plus.

Pendant ce temps, la famille vit avec le strict minimum.

"Finalement, cela a été le facteur le plus décisif pour que ma femme accepte", avoue Taihuttu. "L'éducation est ce qu'il y a de mieux pour les enfants. Et si vous apprenez à un enfant à devenir matérialiste, cela n'est pas bon pour lui. C'est ce pourquoi on a pris ce revirement, pour être honnête".

Et si les choses tournent mal? "Eh bien, nous devrons vivre modestement pendant un moment. Même si je ne pense pas que ce soit la pire des choses qui puisse arriver dans une vie".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !



Support: Bitcoin
Vues: 32 fois

0 Vote

A la recherche d'une stratégie de trading performante et vérifiée? Consultez nos stratégies de trading.

Commentaires